8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Le feedback de votre road trip aux États-Unis ! Alors, c'était comment ?
Règles du forum
Cette section vous permet de publier vos récits de voyage. Partagez vos expériences, vos émotions, à travers votre regard et votre plume ! Et n'hésitez pas à agrémenter votre carnet de photos et de vidéos !

Pensez à vos lecteurs ! Commencez par votre itinéraire !
Répondre
Laurianne
Messages : 102
Inscription : 16 août 2012, 17:04
Sexe : F
Vous êtes : Un couple
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)

8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par Laurianne » 10 mars 2016, 10:39

Bonjour à tous,

Nous n'avions pas prévu de partir aux USA cet hiver mais c'était compter sans une promotion British Airways inespérée ! Nous nous sommes envolés, à 2, pour une dizaine de jours (8 sur place) et c'était tellement bien que j'aimerais vous en faire profiter. Peut-être que cela donnera des idées à certains d'entre vous ... :roll:

Pour mieux se repérer, le programme :

J1 : Dimanche 14 février : Manhattan Beach, Palm Spring Aerial Tramway et Mount San Jacinto
J2 : Lundi 15 février : Indian Canyons, Pioneertown et Joshua Tree (partie ouest)
J3 : Mardi 16 février : Joshua Tree (partie est et sud), Mojave National Preserve (Kelso Dunes, Kelso)
J4 : Mercredi 17 février : Valley of Fire
J5 : Jeudi 18 février : Snow Canyon et Coral Pink Sand Dunes
J6 : Vendredi 19 février : Edmaier's Secret, West Clark Bench
J7 : Samedi 20 février : Many Pools, Kolob Canyon, Las Vegas
J8 : Dimanche 21 février : retour à LA, Griffith Observatory (ou presque)
J9 : Lundi 22 février : Venice Beach et les canaux

Janvier 2016 : genèse d'un voyage

Le temps, en Lorraine, est gris et triste. Noël et ses lumières vont bientôt s'éteindre et devant nous, des journées courtes, des journées froides, monotones et un peu ternes se profilent. Recroquevillés au fond du canapé, les mains crispées sur un mug de chocolat chaud, on rêve d'aventure, d'espace, de lumière. Un vague projet pour la fin de cette année qui commence tout juste fait des pirouettes dans ma tête. Mais c'est tellement loin. Les doigts pianotent distraitement sur le clavier, Internet nous porte, nous emporte. D'un clic à l'autre, une porte s'entrouvre, BA casse les prix. Le voyage virtuel prend forme, le premier pas d'un rêve qui pourrait devenir réalité même s'il n'a pas encore la saveur ni l'odeur d'un vrai voyage. Et soudain les choses s'accélèrent. Les doigts courent maintenant sur le clavier. L'ESTA est accordé puis le vol réservé. Les hôtels suivront et enfin la voiture. Dans moins de 2 mois, nous foulerons le sol des USA.

13 février 2016 : welcome to the United States

Il neige sur le tarmac de l'aéroport de Luxembourg. Le ciel et la terre ne font qu'un. Nos valises, dûment étiquetées, sont avalées par la bouche béante où se perd le tapis roulant. Demain, c'est la St Valentin, nous le fêterons à bord d'un A380, original non ? On se perd un peu dans les heures et les jours. D'abord Londres puis Los Angeles, aujourd'hui devient hier, on voyage avec le soleil.

Image

A LA, il fait nuit. L'officier de l'émigration est fidèle au poste et nous gratifie d'un welcome to the United States sonore. Dans le shuttle qui nous mène vers les loueurs de voiture, le chauffeur nous fait son show avec un accent délicieux que j'avais oublié (deux ans et demi depuis la dernière fois).

De la brume avale le long ruban d'asphalte qui nous conduit vers notre premier hôtel. La fatigue nous fait tourner la tête. On mélange le nord et le sud, l'anglais et le français, cette autoroute ressemble à toutes les autoroutes du monde, ce lit à tous les lits dans lesquels je me suis déjà couchée. Entre les draps un peu frais, un léger vertige me berce. Je vole encore, 10 000 mètres au-dessus de l'Atlantique et mes oreilles continuent de bourdonner dans la vibration des réacteurs. Nous sommes aux USA.

Dimanche 14 février : Valentine's day

Pas besoin de réveil, je suis debout avant le soleil. Les robinets de la douche ont une allure un peu exotique. Au petit-déjeuner, œufs brouillés et bacon trônent en bonne place. Le café, dans un gobelet de polystyrène d'une contenance approchant le demi-litre nous envoie un signal. Aucun doute possible, good morning America !

Image

L'hôtel est situé à Manhattan Beach, pas très loin de l'aéroport mais cette Beach là nous attire comme un aimant. Il fait environ 12°, la brume enveloppe encore LA mais le soleil n'est pas loin. On retrouve de vieux réflexes qu'on croyait oubliés : deux pédales au lieu de trois au plancher de notre Hyundai, position Drive, arrêt au feu rouge avant de s'engager dans le carrefour. Après un moment de stress, on se détend. Sur le trottoir, une femme promène son chien, une boisson à la main. Juste devant nous, sur le passage piéton, un jogger au maillot bariolé s'engage. La route, bordée de palmiers, descend en deux ou trois vagues successives, nous porte tout droit vers l'océan.

Image

On marche vers le Pier, sur le Pier. Les vagues éclaboussent la jetée, se battent contre les piliers de béton. Quelques surfeurs en combinaison les défient, armés d'une simple planche. Sur la plage, une cabane de bois bleu pâle émerge de la brume qui lentement se dissipe. Et le vent qui agite les longues feuilles des palmiers amènent à nos oreilles l'accent un peu métallique d'une langue qui ne nous est pas familière. Manhattan Beach n'a rien d'extraordinaire, pas de page dans les guides touristiques pour ce quartier de LA, mais elle porte en elle l'esprit de l'Amérique, un parfum de quotidien qui, pourtant, n'est pas le nôtre. Sans fanion ni fanfare, elle nous accueille et cette longue bande de sable blond a des relents de déjà-vu même si, sans doute, cette impression n'est pas totalement étrangère au petit-écran qui a bercé notre jeunesse de séries américaines.

Image

Image

Image

Quelques courses au Vons du quartier, là aussi l'exotisme nous accompagne, et hop, on rattrape l'I10 direction Palm Springs. Au programme de l'après-midi, découverte du Mount San Jacinto par l'aerius tramway. J'espère y trouver de la neige mais je commence à douter devant l'ascension vertigineuse du thermomètre. On atteint rapidement les 30°C !

A peine plus de 2h de route avant PS, une route un peu encombrée par les sorties dominicales qui trace un trait sombre et net sur un paysage décliné dans des tons ocres un peu délavés. Le dépaysement est immédiat, la rupture brutale. Notre sweet home est à des milliers de km dans l'espace mais aussi dans nos têtes. Une forêt d'éoliennes pousse comme de la mauvaise herbe, indisciplinée et se moquant visiblement de l'esthétisme. D'habitude, j'aime bien ces silhouettes claires et élancées mais là, elles font un peu désordre. J'aime moins.

Image

Parking du Palm Springs Aerial Tramway. Il est midi et c'est la bousculade. Tout le monde semble s'être donné rendez-vous ici. Nous sommes orientés vers un parking annexe (5$). Il faudra prendre la navette gratuite mais fort convoitée, jusqu'au départ du tramway où on nous délivrera un précieux ticket qui nous permettra de monter ... 2h plus tard ! L'attente est longue mais impossible de faire machine arrière. Une foule très familiale avec une dominante de sari et d'enfants encombrés de luge s'ébattent sur les aires de pique-nique et les rochers. De jeunes couples en quête d'une improbable intimité, célèbrent le Valentine's Day.

Image

Enfin, notre heure arrive. Habituée de la montagne, des télésièges et télécabines divers, je ne l'ai pas trouvé vraiment très impressionnant, ce téléphérique. Oui, il grimpe allègrement, côtoyant la falaise de roche sombre toute proche, oui, il tourne sur lui-même mais le spectacle est plutôt dans la salle, les cris mi-affolés, mi-amusés des voyageurs au passage des pylônes, l'excitation des petits engoncés dans leur combinaison de ski. En bas, il faisait plus de 30° à l'arrivée, le thermomètre n'en indique plus que 7. Changement de saison, dans la vallée déjà grillée de soleil où rien ne semble devoir jamais pousser, c'est l'été torride. Dans la montagne nous trouvons de la neige qui habille de grands conifères. Ils me rappellent un peu ceux de Yosemite.

Image

Pas le temps d'entreprendre de grandes explorations, le soleil est déjà bas, nous nous contenterons de Desert View Trail qui s'enchaîne avec Nature Trail. Difficile d'avancer sur le sentier recouvert de neige glacée, difficile de le suivre, ce chemin qui joue à cache cache avec son manteau blanc. L'expédition devient jeu de piste, on échange les infos avec les rares promeneurs qui, comme nous, cherchent les points de vue. On les trouvera tous, tantôt cachés dans un amas de rochers, tantôt masqués par des grands arbres vert sombre, coup d'œil vertigineux sur la vallée en contrebas, sur le contraste saisissant de 2 mondes qui se côtoient.

Image

Image

Lorsque nous retrouvons notre voiture, dans la fournaise du désert, il est déjà tard. Nous ne verrons, de Palm Springs, rien d'autre que ce que nous voyons par la vitre de notre SUV qui file vers l'hôtel, de belles maisons entourées de pelouses trop vertes et des buissons de bougainvilliers en fleurs. Un monde propre et net créé de toute pièce par la main d'hommes avides d'un éternel été.

Notre hôtel est à Cathedral City, dans la banlieue de PS. Lorsque j'ai réservé, en janvier, il n'y avait déjà plus grand choix et les prix était prohibitifs. L'hiver, à Palm Springs, c'est la haute saison. On comprend un peu mieux lorsqu'on longe une jolie piscine extérieure avec son Jacuzzi où l'on peut se baigner jusque tard dans la soirée, en février ! C'était il y a un peu moins de deux mois, par une journée grise et froide, je rêvais de lumière et de chaleur ...
Carnet : 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah
http://www.sunsetbld.com/forum/topic10459.html

Projet : Arizona-Nouveau-Mexique, peut-être en octobre 2016
http://www.sunsetbld.com/forum/topic10207.html

Avatar de l’utilisateur
Piour08
Météorologue
Messages : 3232
Inscription : 12 juin 2015, 18:56
Sexe : H
Vous êtes : Un couple
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Matériel photo / vidéo : Nikon D7300
Localisation : Triel sur Seine - Yvelines

Re: 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par Piour08 » 10 mars 2016, 11:12

Super début de récit, très belle prose ! :)

Avatar de l’utilisateur
jojo4478
Community Manager, Rédactrice
Messages : 3112
Inscription : 13 nov. 2012, 20:29
Sexe : F
Vous êtes : Un groupe d'amis
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Matériel photo / vidéo : Canon 1100D, Canon 18-55 OS, Sony Bloggie Sport (vidéo)
Localisation : Nantes

Re: 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par jojo4478 » 10 mars 2016, 20:13

J'aime beaucoup le style... Et quelle chance d'avoir fuit le froid français pour la douceur californienne!!! Hâte de découvrir la suite!!! :love:
Carnet de voyage 2010 : J’ai croqué la Big Apple à pleines dents...
Carnet de voyage 2012 :L'Amérique, entre nature et civilisation...
Carnet de voyage 2014 : Des pierres jaunes aux roches rouges.
Carnet de voyage 2015 : 30 years old in Wonderland.../Immersion de 2 Anges à La-la Land!!!
Carnet de voyage 2016: Sunshine State et belles du Sud
Carnet de voyage 2017: USA 2.0 17: Florilèges
Carnet de voyage 2018: Trêve hivernale en Californie du Sud.

stanofpersia
Messages : 207
Inscription : 23 août 2011, 11:41
Sexe : H

Re: 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par stanofpersia » 11 mars 2016, 16:18

style et photos impeccables !!!! We Want More ! :great
Carnet 10 jours LA - San Fran 2009 : http://www.sunsetbld.com/forum/topic10462.html
Carnet 10 Jours Ouest Américain 2011 : http://www.sunsetbld.com/forum/topic3885.html
Carnet 6 jours LA - Death Valley 2014 : http://www.sunsetbld.com/forum/topic8970.html
Profil flickr : http://www.flickr.com/stanofpersia
Profil Facebook : http://www.facebook.com/stanofpersia

Laurianne
Messages : 102
Inscription : 16 août 2012, 17:04
Sexe : F
Vous êtes : Un couple
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)

Re: 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par Laurianne » 11 mars 2016, 16:32

Hello et merci, Piour08, Jojo4478 et Stanofpersia pour vos sympathiques commentaires :)
quelle chance d'avoir fuit le froid français pour la douceur californienne!!!
Ah ça oui, c'était du pur bonheur, mais le retour fut très, très difficile :?
We Want More !
With pleasure :D

Bon, je m'attaque à la suite ... :cof

Lundi 15 février : les indiens et les cow-boys

Ce matin, les Indian Canyons sont à l'honneur. Je consulte la météo, traduit les fahrenheit en Celsius. Ah oui quand même ! Avant de partir, j'ai glissé un short au fond de ma valise, sous les gants et les écharpes, sans trop y croire. Et hop, le short est de sortie, la casquette suit, on oubliera la crème solaire et on le paiera cher le lendemain.

Indian Canyons, ce sont en fait trois canyons, PALM CANYON, MURRAY CANYON et ANDREA CANYON. Nous commençons par PALM CANYON, tout au fond de la vallée. Nous y ferons une boucle en démarrant par la première partie de Victor Trail, une bonne grimpette qui domine ensuite la vallée, et en revenant par Palm Trail, à l'ombre des grands palmiers.

Image

Un sentier qui s'élève dans la montagne où déjà, quelques fleurs s'éveillent, quelques cactus, un ou deux lézards, en bas la palmeraie qui s'étire le long de la source, et plus loin, plus haut encore, les sommets encapuchonnés de blancs où nous étions hier.

Image

Image

C'est magnifique, brut et sauvage, c'est aussi torride. L'air est si sec qu'il brûle la gorge et les bronches sur son passage. Le sentier suit une crête, s'enfonce dans l'étroite vallée. A perte de vue, ces monts de roches où se cache une végétation qui sait défendre ses atours et arbore soit de fines et longues épines soit des boules qu'on croirait duveteuses mais qu'il faut bien se garder d'effleurer.

Image

Et puis le chemin plonge dans la palmeraie, suit le ruisseau. Nous voilà dans une jungle luxuriante. Les grandes palmes bruissent dans la brise, habillent les immenses troncs qui semble se courber sur notre passage, d'une jupe exotique. L'air est plus frais, moins sec. On respire enfin librement. Le soleil se faufile dans les failles de cette canopée, crée des nuances éblouissantes dans le vert des larges palmes, se joue d'un filet d'eau, éclate en un éclaboussement de lumière sur une roche humide.

Image

Une magnifique boucle qui nous prendra deux bonnes heures. Une découverte surprenante. Qui croirait que dans ce désert qui ne semble être qu'une vaste étendue de cailloux, se cache ce petit bijou, cette vallée où la vie palpite comme la plus belle des promesses.

Image

Retour la voiture et direction MURRAY CANYON. Les Rangers veillent à l'entrée : Do you have plenty of water ? Yes sir ! Casquettes lunettes et bouteilles d'eau, nous attaquons Seven Sisters Waterfalls Trail. Une balade en aller-retour qui nous prendra environ 2h. La marche d'approche vers la palmeraie est longue et surtout, très exposée. Le soleil est maintenant haut dans le ciel. On baisse la tête, accélère le pas, dans le silence de cette steppe rase, rien que le bruit de nos pas qui foulent l'herbe sèche. Puis apparaissent les premiers palmiers, moins touffus, plus diffus que dans Palm canyon.

Image

On joue avec le cours d'eau, traversé et retraversé. L'eau est claire, fraîche, apaisante sur la peau brûlante. Au fur et à mesure de l'avancée, les arbres se mêlent à la roche, il faut grimper, se faufiler parfois dans de petits canyons.

Image

Le sentier n'en finit pas de s'élever, il côtoie la montagne maintenant toute proche et soudain, au détour d'une courbe, la source. Elle jaillit de la pierre, toute petite, presque timide. Une eau fraîche et limpide qui part à l'assaut de cette terre si sèche, abreuve faune et flore qui s'inclinent sur son passage. Certes, on ne vient pas à Seven Sisters Falls pour les chutes d'eau. Le spectacle, c'est le chemin qui y mène, le cadre intimiste, palpitant qui comme un écrin, habille le filet d'eau. Moins spectaculaire sans doute que notre première balade, mais différent comme un piano-bar sait l'être d'un concert dans une grande salle de spectacle.

Image

Pique nique sur le petit parking, à l'ombre de grands et élégants palmiers. Pose bien méritée et tellement agréable. Notre découverte des Indian canyons s'arrêtera là. Nous mettons maintenant le cap au nord direction Pioneertown puis ce sera Joshua Tree np

Image

to be continued ...
Carnet : 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah
http://www.sunsetbld.com/forum/topic10459.html

Projet : Arizona-Nouveau-Mexique, peut-être en octobre 2016
http://www.sunsetbld.com/forum/topic10207.html

Avatar de l’utilisateur
JacK35
Messages : 1110
Inscription : 27 avr. 2013, 18:40
Sexe : H
Vous êtes : Un couple
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Matériel photo / vidéo : GoPro 3 Silver Edition
Localisation : Paris

Re: 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par JacK35 » 11 mars 2016, 18:20

Je suis totalement absordé par ton récis ! Je voyage en te lisant...

Les Indian canyons ne remplaceront peut-être pas Havasupai, mais là, tu m'as donner envie d'y aller !! (Vivement dans 1 mois !)

Avatar de l’utilisateur
22sky33
Messages : 487
Inscription : 17 nov. 2012, 16:10
Sexe : H
Vous êtes : Un couple
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Arcachon

Re: 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par 22sky33 » 11 mars 2016, 22:54

Merci Lauriane pour ce récit tout en poésie
Les photos qui l'accompagnent mettent bien en valeur ton texte, à moins que ce ne soit l'inverse :great

Laurianne
Messages : 102
Inscription : 16 août 2012, 17:04
Sexe : F
Vous êtes : Un couple
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)

Re: 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah

Message par Laurianne » 13 mars 2016, 18:06

Je voyage en te lisant...
Ah mais ça tombe bien, c'était justement le but :wink:
Quelle chance de partir bientôt ! Moi, à peine revenue je rêve déjà d'un nouveau périple ... :blush
Merci Lauriane
Merci à toi de me lire 22sky33, j'ai souvent lu et je lis encore des carnets de voyage en "sous-marin". Ils sont d'une telle richesse, inestimables pour les futurs voyageurs et les autres mais on oublie souvent l’importance du petit mot glissé entre les posts qui encourage et fait toujours plaisir :blush

La suite du voyage :

La route défile sous nos yeux pour une petite heure de repos au frais avec la clim qui ne nous quittera quasiment plus du voyage. A Yucca Valley, on laisse la Hwy62 sur notre droite. Il reste une dizaine de kilomètres à parcourir mais on y est déjà. Ambiance Old West garantie, nous voilà plongés dans le décors des Mystères de l'Ouest, il ne manque que les cow-boys. La route est un enchantement, l'arrivée sur Pioneertown, un aboutissement logique.

Image

C'est une ville, enfin, je devrais plutôt dire une rue, au sol de terre battu, balayée par les vents, encadrée par les montagnes où se dressent un saloon aux portes battantes, la grange de la famille Ingalls et d'autres bicoques sorties tout droit du passé. C'est le Far West de mon enfance avec les odeurs et comme un frémissement en plus. On y a tourné des films, avant, aujourd'hui seuls les fantômes des acteurs sont encore présent sur le seuil du saloon. J'ai cru entendre le bruit mat de leurs bottes sur le trottoir de bois, le tintement de leurs éperons, l'ébrouement d'un cheval agacé par quelque mouche. Pioneertown vit de ses souvenirs et des nôtres mêlés. C'est un léger détour, à l'écart de la foule et des grandes routes touristiques qui mérite bien qu'on lui consacre un peu de temps. J'y ai trouvé, entre autres, des images au goût de l'enfance.

Image

Retour sur la Hwy62 au revêtement d'asphalte bien lisse, nous sommes revenus en 2016. Joshua Tree np n'est plus très loin. Nous y pénétrerons par l'entrée Ouest. Pour avoir fait, le lendemain l'entrée par l'Est, puis par le Sud, c'est celle-ci que j'ai préférée, peut-être parce que c'était la première, peut-être aussi parce qu'elle s'est montrée particulièrement séduisante dans la lumière d'un astre déjà déclinant. Cette route, ondulant tranquillement tels les reptiles qu'elle abrite dans un paysage de roches et de ces si célèbres yuccas, est une invitation à la poésie. Dans ce désert de Mojave, plus haut, plus humide que la partie Est qui fait partie du désert du Colorado, on ne sent ni l'aridité ni la menace de la nature. Tout n'est que rondeurs, douceur dans les couleurs et dans les formes. La teinte miel des roches en courbes rassurantes invite à la découverte tandis que les arbres de Joshua qu'on pourrait croire torturés, parfois, tendent ce soir leurs bras épineux vers le ciel comme une chorale gospel célébrant l'office du dimanche.

Image

L'envie d'entrer dans le décors est la plus forte. Malgré notre objectif d'être à Key's view pour le sunset, nous nous sommes arrêtés à Hidden Valley, une toute petite boucle dans la roche et la verdure. Oui, j'ai bien parlé de verdure ! Entre cailloux et sable, c'est un véritable jardin, des arbres au tronc tourmenté, sapins, genévriers ou petits chênes, des buissons d'un gris argenté, des fleurs déjà, des lichens orangés sur les rochers et des cactus bien sûr, bien droits d'un vert éclatant presque fluorescent ou en boule rougeoyante. Je n'y connais rien en botanique mais quelle finesse dans ce tableau coloré que je n'attendais pas ici ni maintenant !

Image

Et le sentier tournicote entre les roches, grimpe, se faufile, joue avec la lumière et les ombres. C'est une découverte à chaque instant. Les voleurs, dit-on, y cachait leur bétail, un enclos naturel dont elles n'avaient pas à se plaindre !

Image

Image
Carnet : 8 jours de rêverie hivernale entre Californie et Utah
http://www.sunsetbld.com/forum/topic10459.html

Projet : Arizona-Nouveau-Mexique, peut-être en octobre 2016
http://www.sunsetbld.com/forum/topic10207.html

Répondre

Revenir à « Carnets de voyage aux USA »