15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Vos récits de voyage hors USA
Règles du forum
Cette section vous permet de publier vos récits de voyage hors USA. Faites partager vos expériences, vos émotions, à travers votre regard et votre plume ! Et n'hésitez pas à agrémenter votre carnet de photos et de vidéos !

NB : ces carnets sont personnels. Ils ne sont que le reflet d'un état d'esprit à un moment donné et doivent être lus comme tels.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 20 janv. 2017, 01:28

Bonjour,

Lors de notre voyage autour du Yellowstone, nous avions hésité à passer la frontière et à monter découvrir les Rocheuses canadiennes. Finalement, ce n'est que 8 ans plus tard que nous l'avons fait...

Ce carnet est encore en développement au 20 janvier 2017, du coup la photo d'itinéraire évoluera avec l'arrivée des dernières étapes...

Image

Une envie de paysages montagneux en puissantes grandeurs nous a insufflés l'idée d'un voyage dans l'ouest du Canada courant juillet 2016. Ainsi, du 8 au 29, nous avons parcouru 4 279 kilomètres de Calgary à Calgary.

Les hébergements avaient tous été réservés d'avance. Lors de la prépa c'était un conseil de base donné par beaucoup car période de haute saison. Sur une partie du voyage, nous aurions pu improviser.

Ce fut un beau voyage avec quelques Wouaouhhh mais peut-être un peu moins qu'attendus. En effet, la grise météo giboulantesque de la première semaine a limité nos champs de vision et d'actions. Heureusement, un ciel plus bleu a régné le reste du temps. Par contre le vert fut toujours présent.

Nous espérions voir des animaux mais Dame nature a décidé d'être plutôt chiche sur la question. Donc, nous avons eu droit à une maman ours et son bébé, un serpent, plein de bichounettes mais aucun elk, de sautilleurs écureuils, quelques oiseaux mais surtout des corbeaux et divers autres.

Ce voyage s'est déroulé en mode confort plus que routard, il faut dire que 6 jours avant de partir, pour des raisons de santé, nous pensions devoir annuler ! Nous avons dû limiter les activités, impossible de ramer avec une main bloquée ou de trop se fatiguer en randonnant.

Nos commentaires et avis sont uniquement subjectifs car liés aux êtres humains que nous sommes ! Il s'agit de vécus, de ressentis, d'appréciations, de détestations et non de Vérités. Ce carnet est en mode déroulé au fil des heures et se décline en 22 journées regroupées en 15 étapes.

FéeTaSanta vous invite à la suivre sur la route pour une boucle toute en nuances de vert
entre Rocheuses et Pacifique. Bon voyage...
Dernière modification par Madikéra le 20 janv. 2017, 02:42, modifié 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

Re: 15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 20 janv. 2017, 01:31

Image

Deux vols au dessus d'un Canada pas dry


Vendredi 8 juillet 2016 - 7200 km
Départ de la maison à 11h20, pour la première fois de ma vie j'ai fait un sac le matin même ! Il faut dire que 24 heures plus tôt nous ne savions toujours pas si nous partions ou pas. La dernière semaine de prépa s'est transformée en semaine de problèmes multiples et variés en matière de santé tant localement que sur l'autre bord comme on dit aux Antilles pour parler de l'autre côté de l'Atlantique.

Enregistrement en qqs minutes puis déjeuner sur place de brochettes de poisson avec riz et haricots verts, plutôt cantinesque bof-bof.

Avant de partir monsieur Madikéra a mis en marche une puissante bombinette anti-insectes et ses doigts ont bipé mais bon le petit scanner recherchant des explosifs ou autres a dit "RàS"…

Départ avec 15 minutes d'avance dans un avion presque plein mais chance personne à côté de nous. Vol tranquille mais un peu arnaque sur ce tronçon le coup d'acheter une pause nourricière à l'avance car finalement on en a eu pour moins que le prix. Heureusement sur le suivant nous serons copieusement servis.

Nous regardons des films et le temps passe sans paraître trop long: Le livre de la jungle, Eye in the sky…

L’avion se pose avec 30 minutes d'avance et notre passerelle est occupée donc nous attendons presque 20 minutes avant de pouvoir nous accrocher.

Le temps de déambuler dans les couloirs, de passer la douane super rapidement, d'aller aux commodités et nous avons nos bagages. Nous devons les déposer au comptoir transit d'Air Canada avant de sortir. Grand Caribou, notre ami français vivant à Montréal, nous fait grand plaisir en venant nous faire la causette. Nous avons le temps de prendre un peu notre temps car notre second vol est annoncé en retard de 50 minutes: 21h50 au lieu de 21h05. En dînant, nous échangeons nouvelles et souvenirs…

Et zou, c'est le temps de filer vers la douane où nous avons droit au scanner corporel. Un tour dans la zone boutique qui a bien changé depuis fin 2013, il y a plein de nouvelles enseignes. L'avion est annoncé encore plus en retard et partira vers 23 heures seulement. Il est plein à craquer et cette fois nous avons une voisine. Bon, je regarde un autre film pour tenter d'accélérer le temps, il raconte la vie d'un Chef partant à la conquête des 3* étoiles au Michelin. Il y a un peu plus de 4 heures de vol et au bout de 2, nous n'en pouvons plus. Ce fut long et inconfortable… Ce d'autant plus que mes bras se sont transformés en affreuses plaques rouges grattounantes typique du zika lors du premier vol mais ouf, aucun autre problème de santé ne nous a embêtés. Pour rassurer, j'étais sortie de la phase contaminante du moins aux dires du médecin.

Nous voilà à 1 heure du matin dans l'aéroport de Calgary, bien vide et en mode fête des cow-boys. En juillet, c'est le Calgary stampede et les passionnés viennent de loin…

Direction le point de départ des navettes vers les hôtels. Il y a un téléphone jaune pour appeler. Pour le nôtre, il faut chiffrer 33. Malheureusement, le message est tellement rapide que je n'arrive pas à comprendre ce qui m'est dit. Après plusieurs essais, je demande à la dame qui était assise près de nous, et qui attend sa navette, de nous aider. Elle arrive à comprendre que pour les questions de navettes, il faut taper 1. Donc je tape 1 et apprends qu'à cette heure il n'y en a plus mais que nous devons prendre un taxi qui sera payé par l'hôtel. Les taxis sont en face, donc en voiture et en 5 minutes nous voilà devant l'Acclaim. Très mauvaise surprise la réceptionniste me dit que la carte Gold ne passe pas. Bon, la Visa est acceptée cependant une angoisse est née…

Il est 2 heures du matin à Calgary et 4 chez nous. Donc, au lit…

Bonne mini nuit les voyageurs...

Détails et images, sont par là
http://www.madikeravoyages.fr/crbst_770.html
Dernière modification par Madikéra le 20 janv. 2017, 01:34, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

Re: 15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 20 janv. 2017, 01:33

Image

Yes, we Can-more


Samedi 9 juillet 2016 - 120km
Il est 8h30 quand nous émergeons, la nuit fut courte mais bonne car les lits étaient confortables. Une douche, une tentative de nettoyage profond de la petite trousse à maquillage s'avère complexe. Pour la première fois depuis que nous tournons autour de la Belle Bleue un petit flacon de vernis à ongles a explosé et tout tâché. Puis, nous filons au resto au bout du couloir pour petit déjeuner. Autant commencer bonnement avec des crêpes aux fruits rouges et un muesli complet.

La navette de 10h30 nous ramène vers l'aéroport et nous dépose devant l'entrée du bâtiment des locations de voiture. Alamo, nous voilà... Bon la mauvaise nouvelle cartounette du tout petit matin se confirme la MasterGold est à nouveau refusée. Heureusement, la Visa fonctionne et est acceptée. De manière générale, en voyage, la Visa passe mieux.

Comme nous achetons un conducteur supplémentaire pour 210 dollars nous voilà surclassés et quand nous arrivons au parking nous nous retrouvons avec une Monstrounette bis, une plus petite nous aurait largement suffit. Bon Mounstrounette, c'est déjà attribué comme nom de voiture de vacances, c’était le nom de la namibienne de 2015, donc celle-ci sera FéeTaSanta. Vous devinez aisément de quel type de voiture il s’agit… Elle a 9 122 km au compteur et semble prête à partir en vadrouille.

Madame Conduisette, notre Miss GPS, est installée et nous annonce le départ avec sa phrase préférée "Prenez la prochaine route", vers 11 heures.

Je suis allée vérifier si la Gold permettait toujours de retirer de l'argent et c'est positif. Donc mystère et boule de rage car de gomme ce serait trop gentil mais pas trop grande la rage car des billets peuvent rejoindre le porte-monnaie !

Nous sommes fatigués et hésitons à aller voir le centre de Calgary. N'étant pas grande ville, ce sera sans. C'est donc direction la petite ville de Cochrane car pendant la prépa j'y avais repéré une superbe fresque murale à admirer mais hélas en ce samedi matin le bâtiment régional où elle se trouve est fermé. Il est 12h10, vont s'enchaîner un petit tour dans les rues, une admiration des petits détails comme les panneaux accrochés aux lampadaires, la dégustation d'une excellente glace à la myrtille ou à la fraise chez Mackay, un célèbre glacier où nous épinglons la Martinique pour la première fois sur la carte des consommateurs.

Puis, avant de prendre la route, nous passons par Walmart pour les achats de base de début de voyage (eau, boîtes de sardines, chips de maïs, gâteaux, essuie-tout, mouchoirs...). Je commence par un tour dans le rayon vêtements car en général j'aime bien leurs shorts et tee-shirts basiques. Du coup, 2 de chaque sont les premières pièces à entrer dans le caddie. Puis, deux serviettes de bain joliment rayées de bleu ou de brun deviennent nos futurs sur-sièges dans la voiture. En voyage, comme à la maison, nous trouvons pratique d'avoir des housses de siège en éponge facilement lavables. J'ai un petit regret sur cette première: ne pas avoir acheté un sac-cabas logotypé Canada. Je n'en verrai plus.

La route est sympa, peu de monde passe par là, le paysage est plutôt beau mais la pluie engrisaille tout cela. Ohh, affreux, c'est quoi cette horreur de bâtiment ??? Une cimenterie Lafarge ! Nous voyons deux mouflonnettes de montagne un peu délainées (ovis canadensis) et arrivons au motel à 15h45. La chambre est disponible à partir de 15 heures, donc c’est tout bon. Une belle vue montagne derrière la ville s'offre à nous car nous sommes au premier étage.

Installation, direction la laundry du motel où la lessive du voyage se fait pour 3,75 dollars, je dis se fait car je la mets en route et repars vers la chambre puis idem pour le séchage. La fin d'après-midi est cool tranquille puis petit tour en ville à partir de 18h pour découvrir la rue principale en mode Mickeyville. Certaines, certains se demandent peut-être ce qu'est ce mode ? C'est une ou deux rues faites de commerces, bars, restos à destination des touristes bien plus que des habitants. C'est plus ou moins stylé mais souvent en faux décor typique genre feuilleton de télé.

Bon, la fameuse brasserie Pawn est sur-demandée, dommage car elle est à côté du motel, il y a foule foule donc allons plus loin pour dîner. La Tavern a encore quelques tables libres. Un québecois sera notre waiter. Il nous conseille une bien bonne bière blanche de Chambly et nous prenons un agneau cuit en sachet (dit à la méthode française) avec une purée et le hamburger traditionnel – il paraît qu'il a gagné le prix du meilleur de la ville au cours des 2 dernières années. C'est bon, les frites maison sont pas mal croustillantes. Le principal inconvénient, c'est que c'est très bruyant car très fréquenté, c'est un pub.

Nous rentrons pour nous reposer, après être passés faire qqs courses pour le petit déj au Shoppers du bout de la rue. Il y a une cafetière de courtoisie dans la chambre et un frigo. Vraiment un plus la situation en ville du motel avec parking gratuit. En plus ce coeur de ville aux modestes dimensions nous convient bien. Il fait frisquet dehors et bon dans la chambre.

Bonne nuit les p’tits après cette tranquillou journée d’entame

Image

Détails et images sont par là
http://www.madikeravoyages.fr/crbst_771.html
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

Re: 15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 20 janv. 2017, 02:19

Image

Quand la verte grâce est au bout du chemin mais pas du ballon


Dimanche 10 juillet 2016
Hello, hello, il est 6h20 et vous dormez encore ??? Le réveil avait été mis à cette heure pour tenter de voir le grand prix d’Angleterre de F1 mais nous ne trouvons pas de chaîne le retransmettant. Pas grave car nous sommes bien réveillés, en pleine forme et génial le soleil brille.

Pour notre première rando, parmi les dizaines possibles, nous avons opté pour une boucle facile, 4 kilomètres aller-retour, à peine de grimpette et à seulement 10 minutes en voiture. A 9 heures, FéeTaSanta arrive en 3ème position sur le parking et nous nous réjouissons de ce si peu de monde. Lorsque nous repartirons, il y aura au moins 100 voitures.

Il y a deux options de boucle en commençant par le upper ou le lower. Nous optons pour upper et avons bien fait. Nous vous recommandons cette rando en ce sens. Le sentier est vraiment facile et de portée familiale, les moments de montée restent courts et peu pentus. La végétation des bords du sentier est bien florale mais non animale. A l’arrivée, c’est un petit Wouaouhh tout rond qui sort de nous bouche, qu’il est gracieux ce petit Grassi lake. Ce joli nom viendrait-il de sa grâce, des vertes grass poussant en son fond ??? Et non, c’est celui de Lawrence Grassi, le premier à avoir initié ce sentier.

Nous admirons, ré-admirons le paysage, les grimpeurs de falaises, les oiseaux joueurs avec la surface de l’eau, les canards plongeurs, une sorte de musaraigne… Les couleurs sont tellement belles et chatoyantes sur cette eau si transparente. Au début c’est calme, la Nature et nous, mais petit à petit cela le devient de moins en moins.

Du monde arrive en flot continu donc il est temps de redescendre. Nous passons par la branche basse du sentier et admirons quelques belles vues sur la cascade ou la vallée. Mais que de monde, il faut dire que c’est un des sentiers les plus appréciés du coin. Lorsque j’ai publié cette page, le 10 août, cette zone était fermée depuis qqs jours à cause de la forte présence d’ours. Nous humains pouvons éventuellement planifier mais dans ce type d’endroit Dame Nature décide…

Comme il ne faut pas trop tirer sur les piles énergétiques et qu’à 14 heures il y a une activité de prévue, direction la chambre après un passage chez Subway pour y prendre un sandwich, même pas la force d’envisager d'en préparer.

Nous sommes le dimanche 10 juillet 2016, il est 14 heures à Canmore et 21 à Paris… Faut-il en dire plus sur la décevante après-midi que nous vivons, je crois que non.

La petite ville de Canmore propose divers sentiers de randonnées, au bord de la rivière Bow, même pas besoin de reprendre la voiture. C’est parti pour une boucle de 6 bons kilomètres tout en plat pays, en proximité de rivière mais aussi d’habitations. C’est vraiment le type de rando ne demandant aucun effort qui nous convient bien à ce stade. C’est parti à 15h45 d’un triste pas déçu.

En passant devant une bijouterie, je repère des affiches parlant d’une précieuse que je ne connais pas: l’ammolite. C’est une fausse pierre car il s’agit de fossiles d’ammonites, ou gros mollusques. Elle ne se trouve que dans les Rocheuses. C’est très grassy comme couleurs et me donne envie mais je ne trouverai pas de bijou me plaisant dans les possibles financiers envisageables pour ce genre de souvenirs.

Une des choses que nous apprécions admirer et pixeliser, ce sont les ptits détails, les statues, fresques... A l'entrée de la ville se trouve une Big Head, réalisée par Al Henderson en 2008. Elle rend hommage au nom de la ville d'origine gaélique: Ceann Mór et signifiant Grosse Tête.

Dîner en ville ou pas… Envie de voir du monde ou pas… Comme le "Ou pas" l’emporte deux voix à 0, c’est passage par le Save on Foods et achat du dîner, de compléments petits déj et de boissons, pour 37,40 dollars. Les prix sont plutôt élevés et ressemblent à ceux que nous avons au quotidien. Nous posons les sacs à 18 heures et entrons en phase soirée pépémémère...

Ce sera picanta en admirant les montagnes du lointain et les allées et venues dans la rue et picorette de fruits rouges. Hummmm, les premières framboises de l’année.

Un peu de télé, il y a HGTV la chaîne que je regarde le plus en Amérique du Nord. Tous les programmes sont consacrés à la déco de maisons ou apparts et souvent je suis épatée par la taille des pièces et le style de la déco.

A 22h20, il fait 21°2 et les lumières – enfin toutes celles qu’on maîtrise – se couchent pour sombrir.

Bonne nuit les gracieux et les précieuses…

Image

Détails et images sont par là
http://www.madikeravoyages.fr/crbst_775.html
Dernière modification par Madikéra le 04 févr. 2017, 15:31, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

Re: 15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 20 janv. 2017, 23:22

Lundi 11 juillet 2016 - 108km

Image

Banff-Banff, fait-on en marchant sous la pluie


Il est 7 heures, une potentielle longue journée nous attend mais le ciel est très gris et en devenir douteux. Du coup, nous traînouillons en espérant mieux mais aucun mieux ne vient.

En route en direction de Banff par l’autoroute pour gagner du temps. En route, nous passons par un poste de péage particulier, c’est celui de l’entrée dans le parc national de Banff. Sans sortir de voiture, voilà nos pass accrochés au rétro en échange de 125,60 dollars. Ils sont valables deux ans car l’an prochain la confédération canadienne fête ses 150 ans et l’entrée dans les parcs sera gratuite. Du coup, un an de gratuité est offert à tout acheteur en 2016. L’opération a pris moins de 5 minutes, donc inutile de les commander à l’avance…

La ville, car c’est une grosse ville et non un village, est atteinte sous une forte pluie. En passant le long de l’avenue aux multiples hôtels dont bcp ont des vacancy, nous nous disons que notre choix de Canmore fut vraiment bon tant là on est au cœur de l’industrie touristique.

La moitié de la cité est sans électricité, à cause des orages, donc le centre d'Informations est fermé. Mais, des agents renseignent les passants devant les portes…

Peut-être que du côté de la gondola il fait moins gris. Mais non et surtout il y a une file d'attente dantesque avec de nouveaux bus arrivant sans cesse. Il pleut ce serait donc 100 dollars à la rivière que de monter voir une non-vue. Nous nous attendions à voir des touristes chinois, japonais car bcp de voyageurs en parlent. Nous sommes surpris de constater que d’autres asiates sont bien présents: indiens, pakistanais...

Direction le lieu historique de Cave and Basin, berceau des parc canadiens. L’entrée est comprise dans nos pass et nous les avons bien emmenés avec nous. Le secteur fut aussi zone d'internement de citoyens de pays ennemis pendant la première guerre mondiale. La météo semble vouloir nous offrir un peu de beau donc longeons la Bow, par une tranquille rando. Mais cela finit en douche gratuite bien lessivante !

Il nous faut nous réchauffer car dehors il fait 13° et nos K-Way ne tiennent plus ce type de pluie. Les soupes ne sont pas prêtes à la cafét, le serveur semble au ralenti donc ce sera un sandwich chaud au fromage, un chocolat et un jus.

Ensuite, nous parcourons l'ancienne piscine de la grande époque touristique du coin, puis allons vers la petite grotte aux eaux sulfureuses. C’est sympa comme lieu de repli quand il pleut mais rien d'obligatoire par temps randonnable.

L’étape suivante est pour les chutes de la Bow. Bon, ben, bon, quoi - des petites chutes surtout bien placées pour ceux ne voulant pas trop s’éloigner de la ville. A 15h15, c’est direction les Hoodos sous une bonne petite pluie, cela nous manquait ! Bon, ben, bon quoi – trois ou quatre hoodoos dans le fin fond de la vallée. C'est décevant car ils sont peu nombreux et surtout on les voit de loin. Si vous voulez voir des cheminées de fées (autre dénomination) de près, il vaut mieux aller en Rép. Tchèque !

Tiens, deux fauteuils rouges en attente de passants. Depuis qqs années, il y a un petit jeu consistant à s'y photographier et à les publier sur les pages FB du parc. Je les pixelise mais sans nous et comme il n'y a pas de soleil sans nos ombres ! Zou, en route, vers l’étape du soir…

La Bow valley parkway - route touristique - nous mène au fameux Johnson Canyon atteint à 16h30 mais inutile de rajouter un douchage au précédent, donc nous continuons sans nous arrêter.

L’arrivée au Lake Louise Inn se fait vers 17h20 et une opération lessive à 4 dollars s’enclenche. Elle est un peu compliquée et ralentie car il y a des gens venant de l'extérieur faire leur lessive au motel et du coup il y a foule devant les machines !

Nous envisageons de dîner à l'italien du complexe pour y renoncer, c’est le jour des files d'attente à qui mieux mieux. Du coup, nous pubons correctement et entamons une soirée télé, prise de notes… dans une chambre à la douce température de 24°

Bonne nuit les petits bien essorés

Image

Détails et images sont par là
http://www.madikeravoyages.fr/crbst_778.html
Dernière modification par Madikéra le 20 janv. 2017, 23:43, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

Re: 15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 20 janv. 2017, 23:27

Mardi 12 juillet 2016 - 211km

Image

Lacs de pluie glaçante sur route sans glacier


A 7h30 il fait 23°3 à l'intérieur et brrrrrr 10° à l'extérieur. Nous commençons par un bon petit déjeuner en chambre en regardant désespéramment le ciel dehors. C'est une étape annoncée croisement de visiteurs venus de tous les coins du monde. Donc, le départ vers le lac Moraine se fait à l'aube vacancière, soit à 8h40.

Il y a encore plein de place dans le parking quand FéeTaSanta choisit la sienne à 9 heures. Une jolie lumière grise éclaire l'horizon et Éole dort encore du coup les premières visions sont vraiment belles et à la hauteur de la réputation de ce lac. Nous le longeons jusqu'au bout avec une foule raisonnable. L'aller et le retour se font sur le même sentier et il y en a pour un peu plus de 3 km. Nous apprécions ce petit lac et sa belle tonalité turquoise.

Notre deuxième objectif, c'est le lac Consolation en toute proximité du précédent. Entre 10h45 et 12h sur un sentier traversant pierriers et forêts, plutôt facile et sympa car peu fréquenté, nous voilà en petite rando. Une petite rando c'est: un déroulé du pas en mode je pixélise à droite, à gauche, devant, au-dessus, derrière... à 30° aussi bien sûr, un stop sur de gros rochers à l'arrivée, un regard vers les glaciers surplombant, une pause goûter... mais aucune faune ou presque venant nous saluer. Par contre, sur le chemin du retour une pluie douchante nous a bien lessivés.

Avant de partir nous marquons un stop à la cafet pour un gros gâteau puis au gift shop pour des petits achats cadeaux de base: calendriers… Au moment de payer mes yeux s'ouvrent tout rond de positive surprise. Que vois-je au niveau de la caisse d'en face dans leur joli petit paquet rose et carré… des Manner !!! Je réussis à en acheter un seul paquet !!!

Il est déjà 13h40, même s'il ne fait que 12°, il devient urgent de bouger et d'aller en direction du lac Louise. Environ 1 kilomètre avant d'arriver, surprise des voitures sont garées sur les deux côtés de la route, cela sent la foule foulesque. Nous décidons de poursuivre jusqu'au parking et coup de chance la gardienne du lieu nous laisse entrer dans celui jouxtant le début du sentier car des voitures viennent juste de partir. Il est 14 heures le lac Louise s'émerveille ???

Comment vous dire l'horreur de l'approche d'un si beau lac. Il y a d'abord une affreuse verrue hlm-soviétisante nommée château puis des milliers de personnes marchant en tous sens et en tous bruits. Bon, nous sommes là donc nous allons courageusement parcourir les X kilomètres du demi-tour. Le lac a un air de ressemblance avec le Silvretta en Autriche mais avec plus de monde. Et comme ce dernier, il se termine par une langue de sable gris mais l'environnement est moins aéré et wouawouahesque. Bon, la pluie retombe lors du retour mais heureusement en finesse. Nous voulions voir ce lac, nous l'avons vu mais n'en garderons pas un top souvenir.

La montre de bord indique 16 heures et nous avons environ 180 kilomètres à faire. Il pleut et la route des glaciers ou Icefields parkway ressemble à une route mouillée quasi sans vue. Elle s'étend sur 230 kilomètres entre Lake Louise et Jasper et propose une vingtaine de points d'intérêt, simples vues ou plus. C'est une route faisant partie des scenic roads donc des routes spectaculaires.

Heureusement au niveau du lac loup-ours ou Peyto, la pluie cesse et nous permet de voir cette belle image bleue. Certains y voient un ours, nous comme beaucoup ce fut un loup. Après tous les kilomètres du matin, la montée pour se rendre au point de vue me semble raide, longue, interminable bref j'ai failli renoncer avant la fin des 10 minutes. Les photos vues sur Internet avant de partir m'ont motivée et heureusement car c'est une top vision que celle de ce lac. Un impératif point de vue lorsqu'on s'aventure en ces coins du monde...

Nous passons en proximité du glacier Athabasca mais aucune envie d'aller le saluer de tout près car il fait tellement gris, froid, pleuviotant... Et fait inhabituel en ces parcs, les toilettes sont sales ! Ohh, une autoneige Bombardier comme nous en avions vu au musée Valcourt au Québec.La passerelle flottante ou Skywalk nous semble totalement inintéressante et ne justifie aucun arrêt. Donc nous poursuivons et arrivons à l'hôtel à 19h25. Dans la foulée un très bon dîner nous réconforte. Le restaurant se dit à tendance stylée mais c'est en mode raté pour nous quand le serveur déplie notre serviette et nous la pose sur les genoux. Les perceptions du "stylé" varient d'un lieu à un autre. Y-a-quoi à la télé ce soir ??? Hgtv, bien sûr...

Bonne nuit les enlaqués de bleu-vert

Image

Détails et images sont par ici
http://www.madikeravoyages.fr/crbst_779.html
Dernière modification par Madikéra le 04 févr. 2017, 15:34, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

Re: 15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 21 janv. 2017, 14:13

Mercredi 13 juillet 2016 - 102km

Image

Il pleut, il pleut, il pleut... Misère...


Et zou, c'est le lever à 7 heures sous un ciel de pluie fortement mouillante. Encore une journée qui va virer lessive…

A 9 heures, sous une température de 11° nous partons voir la chute lower Sunwapta car elle est presque visible de la voiture. Nous renonçons à la upper car aucun agrément à marcher sous une telle tombée. Retour à l'hôtel pour se sècher et se préparer à partir en espérant un arrêt de la pluie qui refuse obstinément d'arriver, du coup vaille que vaille, sifflons le départ.

Direction les chutes Athabasca où nous parcourons les passerelles presque sans pluie, génial, chouette, super... mais pas sans monde. C'est une belle cascade de 23 mètres de haut, facilement accessible et valant un arrêt car elle offre beau spectacle de par sa permanente puissance aqueuse. Des troncs se retrouvent en toutes sortes de position illustrant son nom originel de roseaux ici et là.

La 93A, route fermée en hiver, va nous mener au mont Edith Carvell, peut-être qu’en prenant de la hauteur nous surplomberons les nuages. La route est sympa et tournicotante, au lodge on nous avait dit qu’elle était presque dangereuse car très petite – yzonpavu les petites de chez nous !

Un stop au niveau du confluent entre les rivières Athabasca et Whirlpool, nous montre à quel point nos déplacements sont facilités aujourd'hui. Par le passé, ce site était un des seuls où le faible niveau d'eau au printemps et à l'automne permettait la traversée des Rocheuses. Vous arriviez quelques jours trop tard et vous deviez attendre des mois...

Le parking du mont Edith Carvell se situe à 1 730 mètres et comme à 12h10, il ne pleut plus allons regarder l'arrivée d'un glacier. Nous serions bien restés déjeuner sur site mais aucun aménagement n’est prévu. Cependant, en bord de route un parking à belle vue nous permet de pique-niquer et de partir vers 14 heures.

Un SMS de Martinique nous invite à redescendre dans la plaine pour en apprendre un peu plus car à cette altitude la liaison est mauvaise. Heureusement aucune inquiétude à avoir, c’était juste un coucou.

Voilà Jasper et la petite route vers le lac Pyramid est presque tout au bout de la voie principale. Toutefois, le même mauvais temps que ces derniers jours s’invite au programme de manière supra intense… donc retour en ville pour qqs courses.

Nous nous garons derrière l'hôte Athabaska à 15h25 et espérons pouvoir avoir la chambre rapidement. Mais 16 heures, c'est 16 heures et même si la chambre est prête on nous fait poireauter jusqu'à 16 heures pile pour avoir les clefs – juste inique vu la météo et le fait que bien évidemment comme d'autres clients nous aurions préféré arriver plus tard ! Notre plus mauvais hôtel du voyage, à éviter car c’est une usine sans âme !

La pluie se calme un peu et vers 18 heures nous partons à la recherche de nouveau protège pluie, les nôtres ne valent plus rien. Bcp coûtent trop cher pour nous ou sont trop chauds ou pas assez souples… Finalement nous dénichons des Marmot à 119 dollars pièce. Exactement ce dont nous avons besoin. La pluie, tu n’as qu’à bien te tenir car maintenant nous sommes parés.

En passant en voiture dans l’après-midi, un resto indien avait éveillé notre envie donc avec grande satisfaction nous dînons au "Curry place". En rentrant, nous regardons ces petits détails qui marquent une ville et font différence. A Jasper, c'est un totem et une locomotive.

Un peu de lecture, d’analyses des possibles pour demain, de Hgtv, de gaufrettes Manner… A demain…

Bonne nuit les petits moutons bien marmottés

Image

Détails et photos sont par là:
http://www.madikeravoyages.fr/crbst_782.html
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Messages : 458
Inscription : 21 juin 2013, 02:00
Sexe : F
Vous êtes randonneur(s) : Intermédiaire(s)
Localisation : Martinique

Re: 15 nuances de vert sur une boucle ouest canadienne

Message par Madikéra » 21 janv. 2017, 18:17

Jeudi 14 juillet 2016 - 411km

Image

Vogue vers l’ilet Kodakisé


La journée débute par un bon petit déjeuner en chambre, suivi d’un départ à 8h45 sous un ciel gris mais non mouillant !

Direction le lac Maligne, atteint à 9h45, nous hésitions mais finalement nous nous disons pourquoi pas bateau. Je pars voir à l'office et reviens avec 2 places pour le bateau de 10h15. J'avais lu tellement de bien sur cette petite croisière que nous en espérions tout un tas de Wouaouhhh.

Mais hélas un plafond de nuages très bas et peu de vue ont fait que cette croisière fut sans bcp d'intérêt. Un rapide stop de 15 minutes en proximité de Spirit island permet de voir de près ce célèbre îlot mais la grise lumière le rend plus triste que beau. Maintenant pour une spirituelle île c'est peut-être un bon phasage. Il nous est interdit d'y aller car une cérémonie a eu lieu récemment et du coup pdt 8 jours, elle est interdite de pieds profanes. L'origine de son nom est peu certain mais elle est actuellement une des plus célèbres îles du pays.

Vous vous demandez peut-être pourquoi cet îlot est célèbre. Un peu d’histoire de la photo et plus particulièrement des coloramas de Kodak, les plus grandes photos au monde en leur temps. A partir de 1950 et pendant 40 ans, furent affichées 565 gigantesques photos sur un mur de la gare de New-York. Elles ouvraient une fenêtre sur les beautés du monde et la vie quotidienne en mettant en scène des photographes amateurs équipés d'appareil de la marque. L’une d’entre elles rendit célèbre cet îlot et depuis des milliers de photographes tentent de refaire la même. Elle fut réalisée par Peter Gales en 1960 et portait le numéro 174. Vous pouvez la voir en 2ème position du 3ème pavé photos, après la nôtre d'un angle approchant, c'est par ici...

Dans les années 50, il s'agissait de faire entrer l'appareil photo dans la vie quotidienne, par exemple des centaines de milliers d'appareil furent offert aux enfants américains pour leur 12ème anniversaire. C'est plutôt réussi comme pari, même si Kodak a pris l'eau depuis...

Les 130 dollars pour deux de cette excursion nous paraissent un peu cherro pour les 90 minutes de bateau. A l'aller, une guide n'a cessé de commenter tout ce qui était à voir et heureusement au retour ce fut plus silencieux. Ce sera la seule activité payante du voyage.

Vu la fraîcheur ambiante, 14°, nous avalons une soupe au resto avant de partir et achetons qqs nouvelles bricoles au gift shop.

Allez à 12h25 il est temps de partir vers le canyon. En route au détour d'un virage, nous tombons sur une série de voiture à l'arrêt… Allons-nous enfin voir un animal… Ohhh un ourson sauteur et sa maman grignoteuse… Enfin !!!

La suite des activités du jour se tourne dans le canyon entre 13h20 et 14h50. Nous remontons une bonne partie du chemin par le chemin des chevaux moins raide que celui des humains car tout au long de la descente, je me disais, je vais mettre 3 heures à remonter et heureusement il y a cette option. L'eau a creusé un joli canyon et c’est une rando que nous vous recommandons.

En voiture pour rejoindre l’étape du jour à 14h50 – mon prévisionnel avait envisagé un départ de Jasper à 15 heures, donc c'est top chrono.

Je prends le volant et vais faire l'essentiel du trajet car monsieur Madikéra est fatigué. L'avantage c'est qu'il y a le cruise et que du coup sur les longues routes roulantes, on fixe la vitesse et la voiture gère.

Nous arrivons à 17h55 dans un petit motel à l'ancienne au bord d'un chouette petit lac. Il invite à dîner en l'admirant, du coup nous partons faire qqs courses et revenons prendre notre temps à regarder les enfants plonger dans l'eau, les adultes fumer ou se conter fleurette, le soleil se coucher...

Bonne nuit les nounoursons gourmands

Image

Détails et images sont par là:
http://www.madikeravoyages.fr/crbst_785.html
Répondre

Revenir à « Carnets de voyage »